Qu'est ce que la RT 2012

Comprendre la réglementation thermique 2012


Les clés pour comprendre la RT 2012:


La Réglementation Thermique 2012 (RT2012) a pour objectif, tout comme les précédentes réglementations thermiques, de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu'ils soient pour de l'habitation (résidentiel) ou pour tout autre usage (tertiaire). L'objectif de cette  Réglementation Thermique est défini par la loi  sur la mise en œuvre du Grenelle de l'Environnement. Cet objectif reprend le niveau de performance énergétique défini par le label BBC-Effinergie.


La réglementation thermique en vigueur sera,  par conséquent, renforcée afin que toutes les constructions neuves présentent, en moyenne, une consommation d'énergie primaire (avant transformation et transport) inférieure à 50 kWh/m²/an contre 150 kWh/m²/an environ avec la RT2005.

Trois exigences de résultats pour respecter la RT 2012


La réglementation thermique 2012 est avant tout une réglementation d'objectifs  et  comporte :

•3 exigences de résultats : besoin bioclimatique, consommation d'énergie primaire, confort en été.
•Quelques exigences de moyens, limitées au strict nécessaire, pour refléter la volonté affirmée de faire pénétrer significativement une pratique (affichage des consommations par exemple).
Les exigences de résultats imposées par la RT2012 sont de trois types :



L'efficacité énergétique du bâti
L'exigence d'efficacité énergétique minimale du bâti est définie par le coefficient «Bbiomax» (besoins bioclimatiques du bâti). Cette exigence impose une limitation simultanée du besoin en énergie pour les composantes liées à la conception du bâti (chauffage, refroidissement et éclairage), imposant ainsi son optimisation indépendamment des systèmes énergétiques mis en œuvre.




La consommation énergétique du bâtiment
L'exigence de consommation conventionnelle maximale d'énergie primaire se traduit par le coefficient « Cepmax », portant sur les consommations de chauffage, de refroidissement, d'éclairage, de production d'eau chaude sanitaire et d'auxiliaires (pompes et ventilateurs). Conformément à l'article 4 de la loi Grenelle 1, la valeur du Cepmax s'élève à 50 kWh/(m².an) d'énergie primaire, modulé selon la localisation géographique, l'altitude, le type d'usage du bâtiment, la surface moyenne des logements et les émissions de gaz à effet de serre pour le bois énergie et les réseaux de chaleur les moins émetteurs de CO2.
Cette exigence impose, en plus de l'optimisation du bâti exprimée par le Bbio, le recours à des équipements énergétiques performants, à haut rendement.




Le confort d'été dans les bâtiments non climatisés
A l'instar de la RT 2005, la RT 2012 définit des catégories de bâtiments dans lesquels il est possible d'assurer un bon niveau de confort en été sans avoir à recourir à un système actif de refroidissement. Pour ces bâtiments, la réglementation impose que la température la plus chaude atteinte dans les locaux, au cours d'une séquence de 5 jours très chauds d'été n'excède pas un seuil.



Réglementation thermique et Labels


La réglementation thermique (RT 2012) remplace la réglementation en vigueur (RT 2005). Elle sera applicable à tous les permis de construire déposés à partir du :

    28 octobre 2011 pour les bâtiments à usage d'habitation en zone ANRU (zone de rénovation urbaine)
    1er janvier 2013 pour tous les autres types de bâtiments neufs

Elle impose, pour toutes les maisons individuelles, de recourir à une source d'énergie renouvelable.



Les exigences de résultat


    La caractérisation énergétique du bâti (représentée par le coefficient Bbio)
    Une consommation (Cep) en énergie primaire max de 50 kWhep/m²SHONRT.an modulable
    Une température de confort d'été (TIC) dans les bâtiments non climatisés

Définition du coefficient Bbiomax



Le coefficient Bbio valorise la qualité énergétique du bâti indépendamment des systèmes qui l'équiperont pour atteindre le niveau de confort souhaité : limitation simultanée du besoin en énergie pour les composantes liées au bâti (chauffage, refroidissement et éclairage)

Il sert à orienter dès le départ le concepteur vers un bâtiment performant répondant à la RT 2012 :

    conception bioclimatique
    isolation performante…

Il est exprimé en nombre de points et doit être inférieur à une valeur limite Bbiomax dont la valeur est déterminée selon l'expression suivante :

Bbiomax = Bbiomaxmoyen × (Mbgéo + Mbalt + Mbsurf)



Les coefficients Mb servent à moduler le coefficient Bbiomax selon la localisation géographique, l'altitude et la surface.



Exemple. Pour 120 m² < SHON < 140 m² à Montpellier, on obtient la valeur suivante : Bbiomax = 60 × (0,7 + 0 + 0) = 42 points

Définition du Cepmax



La RT 2012 prend en compte 5 usages pour le calcul de la consommation énergétique (Cep) :

    le chauffage (température intérieure prise en compte : 19°C)
    l'eau chaude sanitaire
    le refroidissement
    l'éclairage
    les auxiliaires (pompes, ventilateurs…)

La consommation en énergie primaire doit être inférieure à  Cepmax dont la valeur est fixée à 50 kWhep/m².an modulable :

Cepmax = 50 × Mctype × (Mcgéo + Mcalt + Mcsurf + McGES)



Les coefficients Mc servent à moduler le coefficient Cepmax selon le type, la localisation géographique, l'altitude, la surface et selon les émissions de gaz à effet de serre.

Pour l'arc méditerranéen, on obtient une valeur de Cepmax = 40 kWhep/m²SHONRT.an 
Répartition schématique des consommations moyennes pour la RT2012

(sur la base 50 kWhep/m²SHONRT.an)


Cas particulier lors de la production d'électricité :

La consommation en énergie primaire avant déduction de la production d'électricité doit être inférieure à Cepmax + 12 kWhep/(m².an)

 

Le confort d'été



La RT 2012 impose que la température la plus chaude atteinte dans le logement, au cours d'une séquence de 5 jours très chauds d'été, n'excède pas un seuil Ticref.

Tic < Ticref

Tic = température intérieure conventionnelle



But : Assurer un bon niveau de confort en été sans avoir à recourir à un système actif de refroidissement

    distribution des baies vitrées (surfaces, orientations)
    protections solaires mobiles
    possibilité d'aération des espaces
    inertie thermique,…

La méthode de calcul



Les différents paramètres sont déterminés selon les modalités définies par la méthode de calcul Th-BCE 2012. L'utilisateur saisit les différentes données d'entrée correspondant aux paramètres du bâtiment et de ses équipements. Il faut caractériser les phénomènes physiques réels de chaque composant du bâtiment par l'intermédiaire d'algorithme de calcul.

Certains paramètres doivent traduire un comportement moyen observé en France (déterminés de façon conventionnelle et basés sur des études statistiques).



La méthode de calcul intègre les données météorologiques :

    Fichiers météorologiques fournis par Météo France
    Découpage de la France en 8 zones climatiques
    Constitution d'années météorologiques types au pas horaire, reconstituées sur la base des mesures des 15 à 20 dernières années
    Facteur correctif des données météorologiques selon l'altitude : < 400m, de 400m à 800m, >800m
    Types de données : température de l'air, la vitesse du vent, rayonnement direct normal…

 

Rupture entre la RT 2005 et la RT 2012

Les exigences de moyens


    Accès à l'éclairage naturel : surface minimale de vitrage (1/6ème de la SHONRT)
    Un comptage d'énergie avec répartition
    Une étanchéité à l'air sous une dépression de 4 Pa (volume de fuite < 0,6 m3/m².h de parois déperditives hors plancher bas)
    Une isolation renforcée et un traitement des ponts thermiques :

    Le coefficient de transmission thermique U ne peut excéder 0,36 W/(m².K) en valeur moyenne
    Le ratio de transmission thermique linéique moyen global des ponts thermiques du bâtiment n'excède pas 0,28 W/(m²SHONRT.K)

    Un recours obligatoire aux énergies renouvelables pour la maison individuelle

Utilisation des énergies renouvelables

Le maître d'ouvrage doit opter pour l'une des solutions en énergie renouvelable suivantes :

    Utiliser un système de production d'eau chaude sanitaire solaire thermique doté de capteurs solaires disposant d'une certification technique (surface minimum de 2 m² de capteurs solaires, d'orientation sud et d'inclinaison entre 20° et 60°)
    Etre raccordé à un réseau de chaleur alimenté à plus de 50 % par une énergie renouvelable ou de récupération
    Démontrer que la contribution des énergies renouvelables est = à 5 kWhep/(m².an)

Autres alternatives :

Ballon thermodynamique, chaudières à micro-cogénération (de rendement thermique > à 90 % sur le PCI et de rendement électrique > à 10 % sur le PCI)




Copyright © 2011. Tous droits réservés.
SARL LEMOINE BATIMENT
SOCIETE AU CAPITAL DE 10000€
SIRET:  532 269 867 000 18
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS


Contactez l'auteur à: lb@lemoinebatiment.fr